Des bateaux pour un empire

Princess YachtDire que la Famille Arnault aime le luxe est une trivialité qui vaudra probablement à ce blog d’être cité par d’autres sites presque aussi évidemment que deux et deux font quatre ou que la gravité terrestre attire irrémédiablement les objets vers le bas. Toujours est-il que, tout bien considéré, il fallait bien une nouvelle entreprise pour compléter le porte-feuille de LVMH.

Louis Vuitton, Moët & Chandon, Hennessy, Céline, Christian Dior, TAG Heuer, Zenith, Hublot depuis peu et Yacht Princess désormais… Le nombre des marques détennues par le Groupe LVMH ne cesse de croître à un rythme qui ridiculise presque les stratégies de croissance externe des autres acteurs majeurs du luxe, peut-être probablement plus occupés à résoudre les futurs conséquences de la crise, manière peut-être aussi de participer à la crise. Ne conseille-t-on d’ailleurs pas d’acheter au son des fusils et de vendre au son du clairon ? Bernard Arnault l’a bien compris…

Princess Yacht


Le 30 mai dernier, un protocole d’accord a été signé entre L Capital, la société d’investissement détenue par LVMH, et le groupe Princess Yachts pour l’achat de ce dernier. Le montant annoncé est de 253 millions d’euros. Deux autres fonds d’investissements, à savoir Cobepa et Calyon, ont participé financièrement à l’opération. Le groupe du financier Français détient donc désormais l’une des perles des océans, fondée il y a plus de 35 ans par Graham Beck et dont le ticket d’entrée s’élève à 450 000 euros.

Princess Yacht


Mais que restera-t-il aux autres groupes de luxe ? Certes, il s’agit d’une forme de boutade mais que peuvent faire les autres holding ? PPR semble consolider une division horlogère faible avec une participation récente dans Sowind. Cette stratégie est certainement condamnée d’avance pour les groupes Richemont et Swatch selon les lois anti-monopole. Un développement dans le cuir pour le premier serait alors logique du fait de sa faiblesse dans le secteur. Faudra-t-il sinon se tourner vers le marché US et profiter de la crise ? Les paris sont lancés…