Richard Mille remporte le Grand Prix d’horlogerie de Genève

Le Grand Prix d’horlogerie de Genève se déroulait hier au Grand Théâtre de la ville helvétique sous la présidence de la Ville et de l'Etat de Genève. Grand gagnant de cette septième édition, Richard Mille remporte avec sa RM012 le prestigieux prix de l’Aiguille d'Or couvrant toutes les catégories en compétition. Selon le règlement, l’horloger sera hors concours en 2008 pour être membre du jury.

Les garde-temps de Richard Mille sont à mille lieux d’une interprétation orthodoxe de la beauté horlogère. Leur identité, soulignée par cette forme tonneau si particulière, n’en est que plus marquée. Mais l’intérêt n’est pas seulement dans la forme, il l’est aussi dans le fond car la RM012, ce tourbillon tubulaire architectural en platine limité à 30 exemplaires, aura été retenu et primé dans la catégorie des montres à complications par un jury international composé d'experts en horlogerie et joaillerie et de journalistes.

La RM012 est un condensé de technique, d'architecture et d'esthétique. Première dans l’histoire de l'horlogerie, le concept d'une platine en métal massif est écarté au profit d'une structure en tube sans pour autant sacrifier la solidité de la pièce. Outre la résistance aux variations de température, à la corrosion et aux chocs, la RM012 cache derrière l’apparente fragilité de ce châssis tubulaire semblant en apesanteur une rigidité en torsion plus importante que nombre de platines dont l'aspect massif rassure. Plusieurs années de développement ont ainsi été nécessaires pour obtenir une rigidité maximum, thème cher à Richard Mille, capable de compenser l'absence de matière. L'exploit a notamment consisté en l’insertion de tubes en Invar, un acier inoxydable et inaltérable, joints les uns aux autres dans trois dimensions, véritable prouesse dans de si petites dimensions. 

Ce garde-temps, qui aura demandé deux ans de développement et quatre prototypes avant la version finale - ce que je trouve loin d’être excessif - se distingue aussi par son mouvement. Richard Mille pousse ici le caractère architecturé de ses calibres à son extrême en présentant un nouveau mouvement tourbillon inédit à la structure minimaliste. L’harmonie visuelle est ainsi parfaite. Quant à l'assemblage du mouvement, il nécessite plusieurs mois tant chaque opération est minutieuse.

   

  RM012 :
Calibre RM012, tourbillon à remontage manuel avec heures, minutes
Dimensions : longueur 48 mm x 39, 30 mm (au plus large) x 13,84 mm (au plus épais)